Solidaire des étudiant.es qui luttent pour une éducation gratuite en Afrique du Sud
Par
le 22 Sep, 2016

 

Etudiante.png 

« Je vais m’assoir ici et étudier jusqu’à que vous tiriez sur moi parce que j’ai un livre dans les mains. » Une étudiante bloque l’entrée de l’University of Witwatersrand. Photo par @LindokuhlXulu1

La Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, qui représente plus de 650 000 étudiant.es, est solidaire des étudiant.es en Afrique du Sud qui luttent pour une éducation gratuite et décolonisée dans leur pays.

En octobre 2015, une hausse proposée des frais de scolarité de 10,5 pour cent a suscité le mouvement #FeesMustFall (les frais doivent baisser) à travers l’Afrique du Sud. Les étudiant.es se sont mobilisés pour défendre l’éducation publique et ont obtenu un gel des hausses de frais de scolarité. L’automne dernier, la Fédération a eu le privilège de s’entretenir avec les organisatrices et organisateurs du mouvement #FeesMustFall pour en apprendre plus sur leur expérience. Écoutez le discours que Lerato Machaba a donné à l’assemblée générale annuelle de 2015 de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants ici.

[SHAREBAR]

Le lundi 19 septembre, le ministre de l’enseignement supérieur de l’Afrique du Sud, Blade Nzimande, n’a pas annoncé de plan pour un système d’éducation gratuite et a plutôt annoncé que les universités seraient en mesure de décider des hausses de frais de scolarité jusqu’à un maximum de 8 pour cent. Cette situation est similaire aux structures de frais de scolarité dans la plupart des provinces canadiennes, dans lesquelles les gouvernements réduisent le financement public alloué aux collèges et universités et ces établissements augmentent les frais de scolarité au maximum permis. Partout en Afrique du Sud, les étudiant.es se mobilisent pour bloquer, occuper et faire fermer les universités en réponse à ces mesures. Les étudiant.es ont clairement indiqué qu’ils luttent pour une éducation gratuite, et non seulement un retour au gel des frais de scolarité, parce que le coût actuel de l’éducation est inabordable et inaccessible pour plusieurs étudiant.es de race noire.

La Fédération condamne catégoriquement la violence armée et l’arrestation d’activistes étudiants perpétrée par des membres d’entreprises de sécurité privée et par la police d’état ainsi que l’utilisation de mesures qui interdissent la désobéissance civile sur les campus.

 Notre lutte pour une éducation publique accessible et la reconnaissance de l’éducation en tant que droit dépasse les frontières. Alors que nous nous mobilisons pour aller #àlarue2nov pour revendiquer notre vision de l’éducation postsecondaire publique gratuite au Canada, nous tirerons notre inspiration des étudiant.es en Afrique du Sud. La Fédération encourage ses membres à envoyer des messages de solidarité avec le mot-clé #Fees2017 et à rester à l’affût des besoins croissants des activistes qui sont sur le terrain en Afrique du Sud.

À propos de Emily Niles

Laissez un commentaire

Du Canada à l’Afrique du Sud, l’éducation est un droit et nous n’allons pas abandonner le combat : #àlarue2nov #Fees2017
Solidaire des étudiant.es qui luttent pour une éducation gratuite en Afrique du Sud
Appuyez un accès universel à l’éducation postsecondaire au Canada avec @CFSFCEE! #cfsfcee #combattonslesfrais